Menu

Voccitanie Rezo
Fermer le menu

Alain Di Crescenzo, la CCI Occitanie en mode terrain

La stratégie de proximité et de terrain annoncée lors de votre discours inaugural a été déployée sans délai puisque vous vous êtes déjà rendu dans un certain nombre de CCI. Pouvez-vous nous en dire plus ?

 

Plus que de stratégie, je parlerais de volonté et d’envie de proximité. Ce point est au cœur de notre projet de mandature et recouvre différents aspects. Pour une CCI de région, la première proximité à avoir est celle avec les Présidents des CCI territoriales d’Occitanie et l’ensemble des élus consulaires. Je les ai rencontrés à plusieurs reprises avant mon élection et me suis organisé pour être aujourd’hui en contact permanent avec eux. Deuxième aspect de cette proximité, je suis en contact étroit avec notre personnel pour partager notre projet de mandature. Troisième élément de proximité, le contact avec les territoires. Je me suis déjà rendu à l’occasion de différentes manifestations (Bureaux, Assemblées…) en Lozère, dans le Gard, le Tarn, l’Hérault, l’Aude ou la Haute-Garonne.

Notre réseau est porteur d'une vraie diversité de compétences et de complémentarités.

Le calendrier de rencontres avec les autres CCI est d’ores-et-déjà arrêté. Enfin, la proximité avec les entreprises est centrale dans l’accomplissement de nos missions. Le format mis en place pour mes déplacements permet de nous connecter avec tous les acteurs de l’écosystème : visites d’entreprises, réunions de travail avec les membres du Bureau, interventions en Assemblée Générale et rencontres des grands élus. Ces visites m’ont confirmé les attentes en termes de transformation des CCI, de mouvements, d’agilité… Tous mes interlocuteurs expriment cette envie de nous voir à leurs côtés pour remplir notre rôle d’accompagnateur et de catalyseur du développement économique des territoires d’Occitanie. C’est une très belle satisfaction de sentir cette envie de jouer et gagner collectivement.

 

 

Lors de votre installation, vous avez annoncé la fin des Commissions et leur remplacement par 13 Défis (hors Défis support), où en sont leurs travaux ?

 

L’aspiration au mouvement que j’évoquais est ici très concrète et mesurable. Le passage d’une organisation en Commissions à une organisation en Défis était porteur d’une vraie ambition : nous adapter, nous challenger et nous réinventer pour être, comme les entreprises, dans le mouvement, l’adaptation… Car, nous non plus ne sommes pas dans un régime établi mais devons être dans un régime de conquête, d’innovation, de transformation et, bien sûr, de maîtrise des coûts. Le terme de Défis reflétait pour moi cette dynamique et cette volonté. Pour autant, l’ambition de cette feuille de route était-elle réaliste en termes de calendrier ? Je dois avouer que je me suis, à un moment donné, posé la question. Je n’aurais pas dû car, grâce au soutien, à l’action et à l’enthousiasme de chacun, nous serons globalement dans les temps. A date, pour 90% des Défis, nous avons bouclé l’état des lieux, la matrice SWOT (notre positionnement par rapport à notre environnement) et les actions envisagées pour  la mandature. Nous en sommes aujourd’hui à la finalisation de la priorisation de ces actions qui donneront lieu à l’actualisation de nos organisations et budgets. C’est la somme de ces Défis qui formera le plan opérationnel de mandature et notre réponse à nos obligations : les 5 schémas régionaux demandés à notre CCI, la description du schéma d’organisation et des missions ainsi que la convention d’objectifs et de moyens que je dois signer avec le Préfet de région. Le vote entérinant cela interviendra en AG le 29 juin. Je terminerai sur ce sujet en disant que le respect du calendrier montre combien cette dynamique des Défis a séduit et motivé. La rapidité avec laquelle nous avons su, ensemble, nous mettre en mode projet est, pour moi, fondatrice et structurante : elle définit à la fois un cap et un état d’esprit. Nous devons en être collectivement fiers et conscients.

 

 

Vous avez été élu 1er Vice-Président de CCI France. Avec François-Xavier Brunet, 3ème Vice-Président, et Thierry Julier, membre du Bureau, notre région est bien représentée. Qu’est-ce que cette présence au plus haut de la gouvernance consulaire peut apporter à la visibilité du réseau des CCI d'Occitanie ?

 

Cette représentation significative est la reconnaissance de notre implication d’élus. C’est aussi la reconnaissance d’un territoire. L’Occitanie est forte d’une belle dynamique économique et compte au niveau national. C’est le territoire qui présente le plus fort excédent en termes de commerce extérieur, est le plus innovant, crée le plus d’emplois salariés, a la plus forte démographie des entreprises, attire le plus de nouveaux habitants chaque année… C’est aussi le territoire où l’industrie continue à créer de l’emploi. Bref, c’est un formidable territoire d’opportunités. Notre réseau aussi est porteur d’une vraie diversité de compétences et de complémentarités. A la tête d’une CCI métropolitaine pendant 6 ans, j’ai notamment œuvré au sein de CCI France sur le projet de CCI de demain et, plus particulièrement, de la transformation digitale. J’en suis dorénavant le référent en tant que Président de la CCI Occitanie. A la tête de la CCI de Lozère, Thierry Julier a acquis une réelle légitimité sur la question de l’organisation de nos CCI rurales, souvent les plus fragiles budgétairement et sans lesquelles notre réseau perdrait sa dimension de proximité. Enfin, Président de la CCI des Hautes-Pyrénées, François-Xavier Brunet a beaucoup travaillé sur le statut des CCI territoriales. La convergence de ces atouts territoriaux et de ces expertises individuelles explique notre présence au sein de la gouvernance de CCI France.

Pour terminer, je dirai que, comme toute organisation géographiquement disséminée, il est important d’avoir une tête de réseau représentative, dynamique et efficace. C’est la raison de ma volonté de m’investir au niveau de CCI France. Si l’on veut que ce réseau gagne, il doit gagner à tous les niveaux : territorial, régional, national et international. La clé de cette réussite est d’être présent à tous les échelons. C’est pour cela que j’ai accepté avec enthousiasme la 1ère Vice-Présidence de CCI France.

En complément

Inscription – Newsletters Voccitanie

Twitter

  • Pendant une journée, plus de 150 experts du développement économique assureront près de 700 rendez-vous individuels… https://t.co/CW50FiJ5e7 Il y a 1 jour 10 heures
  • "L’ est une région attractive et dynamique dans le domaine de l’ des cadres. Elle est la 3e région… https://t.co/NmlfBrIxUd Il y a 1 jour 10 heures