Menu

Voccitanie Média
Fermer le menu

Le spatial, orbite disruptive et trend positif

La filière affiche de fières couleurs : en France, sa croissance a été de 24,6 % sur un an, contre + 9 % à l'échelle mondiale*. Des lanceurs aux constellations de satellites, en passant par les services spécialisés, les besoins sont nombreux. Pour faire face, l'innovation s'accélère et de nouveaux entrants – étatiques et privés – secouent le secteur. Celui-ci se recompose et repense ses modèles, notamment les acteurs français.

 

Dans ce contexte, le Grand Sud-Ouest (ex-Aquitaine et Midi-Pyrénées) devrait en profiter à plein : la zone représente 10 % de l'activité spatiale hexagonale.

 

Vers une véritable réduction des coûts
 

Fusée réutilisable, satellites hybrides ou mini-satellites en orbite basse sont quelques-uns des éléments marquants de la filière spatiale, en cours de déploiement. Tous ou presque répondent d'une logique : la réduction des coûts et des délais, face à des besoins qui explosent.

À l'image d'autres secteurs, l'industrie spatiale se recompose et la concurrence s'accentue. Celle-ci mise notamment sur l'innovation pour gagner en agilité et faire face aux défis. Il faut dire que les perspectives sont alléchantes : 1 400 satellites devraient être mis en orbite sur 10 ans, soit une augmentation de 60 % par rapport à la précédente décennie ! Les industries chinoise et indienne poussent très fort pour gagner des parts, de même que plusieurs acteurs privés, notamment américains (SpaceX ou encore Blue Origin).

 

 

La réorganisation des acteurs industriels

 

Dans ce contexte fortement évolutif, la filière française s'appuie sur l'Agence Spatiale Européenne (ESA) et le CNES pour se positionner et anticiper la suite, notamment sur la surveillance de l'espace, l'observation de la Terre et l'innovation. Les acteurs industriels se sont également réorganisés, Arianespace, mais aussi Airbus DS et Thales Alenia Space. Ces deux groupes, présents à Toulouse (5 000 salariés au total), affichent une activité soutenue, avec des recrutements conséquents à la clé, y compris dans la chaîne de sous-traitance. L'activité globale de la filière spatiale a ainsi progressé de 3,3 % dans le Grand Sud-Ouest.

* chiffres GIFAS et Space Foundation 2014

 

Chiffres :

  • 656 M€, CA de la filière spatiale dans le Grand Sud-Ouest (+ 3,3 % vs 2013)
  • 77 % du CA du spatial dans le Grand Sud-Ouest est lié aux services spécialisés (informatique, ingénierie)
  • 1 000 recrutements sur toute la filière, dans le Grand Sud-Ouest, dont 700 dans la sous-traitance
  • 1 036 entreprises travaillent pour le spatial, à l'échelle du Grand Sud-Ouest
  • 5 000 salariés sont en activité chez Airbus Defense and Space et Thales Alenia Space, à Toulouse

En complément

Inscription – Newsletters Voccitanie

Twitter

  • Pendant une journée, plus de 150 experts du développement économique assureront près de 700 rendez-vous individuels… https://t.co/CW50FiJ5e7 Il y a 1 jour 10 heures
  • "L’ est une région attractive et dynamique dans le domaine de l’ des cadres. Elle est la 3e région… https://t.co/NmlfBrIxUd Il y a 1 jour 10 heures