Menu

Voccitanie Rezo
Fermer le menu

3 questions à Thomas Chardard, Président de la CCI du LOT

3 questions à Thomas Chardard, Président de la CCI du LOTOn a le sentiment que les filières d’excellence de votre territoire ont la capacité à se réinventer (success stories comme Figeac Aero, pépite comme Whylot…) et à faire émerger des filières niches comme « l'acoustic vallée ». Quelle est votre vision du développement économique du Lot ?

 

Thomas Chardard : Le Lot est effectivement fort de deux filières importantes que sont l’aéronautique et l’agroalimentaire avec la présence d’acteurs majeurs sur le nord de notre département. Les entreprises citées sont effectivement de très belles têtes d’affiche mais bien d’autres méritent que l’on parle d’elles et que, le cas échéant, on les accompagne. Je pense par exemple à la société innovante M2i, spécialiste du bio contrôle, c’est-à-dire des méthodes de protection des cultures sans pesticides grâce à l'utilisation de phéromones artificielles. Je rappellerai que ces entreprises sont jeunes ou très jeunes. Elles illustrent en effet la capacité de notre territoire à créer. Pour servir encore mieux le développement économique de celui-ci, nous faisons preuve de toujours plus de proactivité. Nous avons par exemple décidé de lancer en septembre, avec le Grand Cahors, un appel à projet en lien avec l’école d’audioprothésistes que nous avons créée il y a 4 ans. Nous sommes en effet convaincus qu’il y a des débouchés sur ce marché de l’audioprothèse et plus largement de l’audition, de l’acoustique et que notre école peut servir de base de recherches pour un éventuel porteur de projet. Des fonds ont été collectés et le montage juridique de l’association qui pourra porter cet appel à projets sera bientôt lancé. Je terminerai en disant que ce développement économique, nous le suivons sur le terrain au quotidien. Depuis le début de l'année, nous avons ainsi visité 30 entreprises par mois et effectué 180 interventions.

 

 

Vous êtes le coordonnateur du Défi Tourisme à la CCI Occitanie, autre secteur majeur de l’économie du Lot et de la région Occitanie. Pouvez-vous nous parler des actions à venir du Défi ?

 

TC : Avec 108 000 emplois et 10 % du PIB de l’Occitanie, le tourisme est un des piliers de notre économie. Les enjeux liés au Défi Tourisme sont donc très importants et nous devrons nous mobiliser toujours plus et mieux au service de cet enjeu de développement économique. Vous le savez, l’AG du 29 juin a entériné la feuille de route des Défis. Nous n’en sommes donc qu’au début de notre travail. Il a, pour commencer, été réalisé un inventaire de ce qui se faisait sur les différents territoires d’Occitanie. L’occasion de prendre la mesure de la longueur d’avance de Languedoc-Roussillon dans ce domaine. Et de voir ce qui peut être dupliqué, démultiplié… Cela nécessite au préalable de nous rapprocher de l’ensemble des acteurs et entreprises touristiques. Je pense que l’organisation d’un événement permettant de rassembler cette famille du tourisme, qui est un peu dispersée compte tenu de l’étendue du territoire, des saisonnalités…, est pertinente. Nous avons organisé il y a deux ans dans le Lot des Assises du Tourisme, qui ont réuni une centaine d’adhérents, soit 450 lieux et acteurs touristiques. C’est une idée à laquelle nous allons réfléchir à l'échelle de la région. Plus largement, nous devons contribuer à faire sortir la filière de son fonctionnement en silo.

 

 

Comment la CCI Occitanie peut contribuer à connecter et interconnecter les CCI entre elles et avec leurs différents territoires ?

 

TC : Le projet porté par Alain Di Crescenzo vise à nous permettre de fonctionner véritablement en réseau. C’est clairement le bon cap. La mutation que représente cette véritable mise en réseau permettra à toutes les Chambres d’offrir une qualité de service identique. Pour les « petites » CCI comme la nôtre, il est essentiel de garantir à nos entreprises un service aussi pointu, performant et qualitatif que celui dispensé par les CCI métropolitaines. Avoir une CCI de région qui met en place une organisation du travail en clusters est pour cela essentiel. Nous devons être des généralistes du développement économique des entreprises qui, au cas par cas, s’appuient sur les spécialistes de la CCI Occitanie ou d’autres CCI. C’est par cette interconnexion que nous donnerons à notre réseau le meilleur niveau de performance.

En complément

Inscription – Newsletters Voccitanie

Twitter

  • Pendant une journée, plus de 150 experts du développement économique assureront près de 700 rendez-vous individuels… https://t.co/CW50FiJ5e7 Il y a 1 jour 10 heures
  • "L’ est une région attractive et dynamique dans le domaine de l’ des cadres. Elle est la 3e région… https://t.co/NmlfBrIxUd Il y a 1 jour 10 heures