Menu

Voccitanie Média
Fermer le menu

Le Parc marin du golfe du Lion, un projet dans l’air du vent

Étendre au domaine marin les dispositifs de protection existant sur la terre ferme : tel était l’objectif des parcs marins lorsqu’ils ont été imaginés, il y a une quinzaine d’années. Aujourd’hui, l'intérêt des parcs marins va au-delà puisque le Parc marin du golfe du Lion se prépare à accueillir une ferme pilote de quatre éoliennes situées à 16 kilomètres du trait de côte.

 

Les Parcs marins ont été pensés et voulus comme un outil de sensibilisation et d’éducation pour tous ainsi que comme un dispositif de gestion de l’espace marin destiné à faire coexister au mieux les activités humaines et les écosystèmes maritimes multiples. Le parc marin du Golfe du Lion a été le troisième projet de cette nature à voir le jour en France, à l’automne 2011.

 

Déployé sur un peu plus de 4 000 kilomètres carrés, son périmètre englobe l’ensemble de la côte des Pyrénées-Orientales et une fraction de celui de l’Aude sur une centaine de kilomètres de côtes sableuses et rocheuses. Sa frontière nord est située à Leucate tandis que sa frontière sud se positionne à la limite des eaux territoriales françaises. Il comporte quelques lieux singuliers comme les trois canyons sous-marins situés face à Banyuls, Lacaze-Duthiers, Pruvot et Bourcart qui creusent le plateau océanique jusqu’à 3 000 m de profondeur et hébergent d’importantes populations de coraux blancs. S’étendant sur un trait de côte fortement sollicité et recevant plus de 2,5 millions de visiteurs par an, le personnel du parc marin du Golfe du Lion est attentif à l’impact des activités humaines sur le milieu marin mais aussi sur les plages. 

 

Entre ses nombreuses actions de sensibilisation du public et sa participation à des campagnes de recherche, le parc s’est ainsi penché sur la question des macros et des micros-déchets, des plastiques principalement, mais aussi sur la consolidation de l’activité de la pêche dans la zone, les pêcheurs professionnels sont plus de 130 sur le territoire. En 2016, deux appels à projet dotés financièrement ont permis la rénovation de la chambre froide du port du Barcarès et l’appui à la communication pour une poissonnerie de Leucate. Autre axe de développement et d'action, le parc se prépare à accueillir une ferme pilote de quatre éoliennes situées à 16 kilomètres du trait de côte.

 

À retenir

  • Création en 2011
  • 4 000 km²
  • 100 km de linéaire côtier
  • Le parc s’étend à 35 miles en mer (60 kilomètres environ)
  • 1 700 espèces recensées (dont 1 200 animales)
  • 12 communes littorales représentant 71 000 habitants
  • 2,5 millions de visiteurs par an
     

En complément

Inscription – Newsletters Voccitanie

Twitter

  • Pendant une journée, plus de 150 experts du développement économique assureront près de 700 rendez-vous individuels… https://t.co/CW50FiJ5e7 Il y a 1 jour 10 heures
  • "L’ est une région attractive et dynamique dans le domaine de l’ des cadres. Elle est la 3e région… https://t.co/NmlfBrIxUd Il y a 1 jour 10 heures