Menu

Voccitanie Eco
Fermer le menu

Montpellier, un Centre spatial universitaire sur orbite

En douze ans d'existence, le CSU (Centre Spatial Universitaire) de Montpellier a su fédérer autour de lui entreprises et étudiants pour créer tout à la fois un écosystème et une réelle dynamique. Dédié à la filière des nanosatellites, il a récemment été sélectionné par l'Agence spatiale européenne pour intégrer le programme Fly your satellite.

 

Le 23 juin dernier à 5 h 50, l'aboutissement d'années de travail du CSU et de ses étudiants s’est envolé à bord d’une fusée indienne qui a mis Robusta 1-B sur orbite. Conçu par des étudiants, ce nanosatellite de 10 centimètres d’arête doit envoyer pendant deux ans vers la Terre des mesures sur la dégradation des composants électroniques dans l'espace. "C'est le deuxième satellite que nous envoyons sur orbite après Robusta 1-A, premier satellite étudiant de France, qui avait été embarqué en 2013 sur le lancement inaugural de la fusée Vega à Kourou", explique Nicolas Roche, directeur technique du CSU. Le développement technologique est mené exclusivement avec le concours d'étudiants stagiaires du CSU, dont le niveau d'études va du DUT au doctorat, en passant par les cursus ingénieurs. Leurs compétences sont utilisées par des industriels, des laboratoires de recherches et d'organismes tels que l'ESA (agence spatiale européenne) ou le CNES (centre national d'études spatiales). En douze ans d'existence, le CSU de l'université de Montpellier a réussi à fait intégrer le groupe des six établissements européens sélectionnés, le 12 mai dernier, par l'Agence spatiale européenne (Esa) pour participer à son programme Fly your Satellite. Objectif : mettre sur orbite un nouveau nanosatellite à l'horizon 2019. Le Centre universitaire spatial de Montpellier-Nîmes s'appuie sur le soutien financier et matériel de la Fondation Van Allen. La structure, créée en 2012 pour soutenir le développement de la filière, compte parmi ses membres fondateurs l'université héraultaise, mais aussi Airbus Defense & Space, 3D Plus, Zodiac Data Systems, une filiale de Latécoère, Intespace, et Spherea… un écosystème complémentaire de l'aéronautique toulousaine.

 

À retenir :

  • 2 satellites étudiants mis sur orbite par le CSU
  • 3 nanosatellites en cours de développement
  • 6 entreprises présentes dans les locaux du CSU au côté des étudiants
  • 30 étudiants travaillent à la conception des nanosatellites au sein du CSU

En complément

Inscription – Newsletters Voccitanie

Twitter

  • Pendant une journée, plus de 150 experts du développement économique assureront près de 700 rendez-vous individuels… https://t.co/CW50FiJ5e7 Il y a 1 jour 10 heures
  • "L’ est une région attractive et dynamique dans le domaine de l’ des cadres. Elle est la 3e région… https://t.co/NmlfBrIxUd Il y a 1 jour 10 heures