Menu

Voccitanie Eco
Fermer le menu

Signature d’une convention avec la Banque de France Occitanie

Le Président de la CCI Occitanie et le Président de la Banque de France ont, à l’occasion d’un point de conjoncture de rentrée face à la presse, signé une convention de mise en partage de leurs analyses pour une meilleure connaissance du tissu économique et des tendances. Interview croisée des deux signataires.

 

La CCI Occitanie et la Banque de France Occitanie sont deux acteurs majeurs du développement économique de notre territoire. Quelle est la finalité de votre rapprochement à travers la signature de cette convention ?

 

Alain Di Crescenzo : Nous avons commencé à travailler avec la Banque de France à l’échelle de la Haute-Garonne lorsque j’étais Président de la CCI de Toulouse. La région Occitanie compte 250 000 entreprises. Comment peut-on prétendre les soutenir efficacement si, en complément des actions d’accompagnement que nous menons tous les jours à leur contact, nous ne mettons pas à leur disposition des indicateurs économiques fiables et performants. Notre coopération à l’échelle de la Haute-Garonne est devenue une référence au sein de notre réseau. Aujourd’hui, à l’image des très bons chiffres de la croissance sur notre territoire, nous souhaitons accélérer nous aussi avec cette première à l’échelon national. La croissance est là, nous entendons donner un maximum d’outils à nos entreprises pour en tirer tout le bénéfice. Ces outils d’analyse, de prospective et, donc, d’aide à la décision en sont un.

 

Maxime Maury : C'est une innovation unique en France et j'en remercie Alain Di Crescenzo qui en a eu l’idée. Quel est l'enjeu ? Dans une région aussi " duale " que la nôtre (les métropoles d'un côté et les territoires ruraux de l'autre…), il s'agit de partager nos diagnostics conjoncturels et d'aider les CCI qui le souhaiteront à mieux appréhender la conjoncture départementale. En effet, comme nous le faisions déjà à Toulouse, nous allons faire nos enquêtes en commun : la Banque de France apportera un échantillon régional et les CCI, candidates pour cette innovation, le compléteront par un échantillon départemental de TPE et PME. La Banque de France commentera la conjoncture régionale et les CCI celle de leur département. Nous devenons, par ce partenariat, indissociables et complémentaires.

 

La rentrée économique est marquée au niveau national par des perspectives souvent plus favorables que les prévisions initiales (croissance, taux d’emploi…). Les études de conjoncture et les analyses d’indicateurs n’ont-elles pas une importance particulière dans ce contexte porteur d’opportunités ?

 

Alain Di Crescenzo : Tout à fait. Je précise au passage que c’est aussi pour cette raison que notre convention prévoit différentes fréquences de restitution : un point trimestriel de conjoncture économique et financière et une enquête quantitative annuelle. Dans un contexte de forte concurrence et de mondialisation, la maîtrise de l’information constitue, pour chaque entreprise, quels que soient sa taille et son secteur d’activité, un enjeu majeur de compétitivité : l’avantage revient aux entreprises qui savent organiser leurs capacités de surveillance et d’anticipation afin de réagir dans les délais les plus courts, aux mouvements de leurs marchés et de leur métier.

 

Maxime Maury : Ils sont, bien sûr, plus importants que jamais ! Dans la mesure où les prévisions de croissance mondiale, de la zone euro et de la France ont été régulièrement révisées en hausse, on peut se demander si les bonnes nouvelles vont se poursuivre. Dans un contexte où, en Occitanie, l'utilisation des capacités de production est saturée dans l’industrie, je guette les signes d'une reprise de l'investissement qui, pour le moment, ne sont pas très nets.

 

Quel est votre regard sur les derniers chiffres de l’économie régionale présentés le 12 septembre lors de votre conférence de presse commune à la CCI Occitanie ?

 

Alain Di Crescenzo : Ils confirment la dynamique économique dont peuvent, et doivent, profiter nos entreprises qui ont la chance d’intervenir dans un écosystème qui truste les premières places : +2% de croissance de l’emploi salarié au 1er tirmestre 2017, plus fort taux de baisse des défaillances d’entreprise (-11%)… L’alignement des planètes est réel. À nous d’en profiter, au gouvernement aussi en réformant sans délai notre pays, son économie, son dialogue social, la place de ses entreprises… L’économie de notre région est forte de vraies filières d’excellence dont, bien sûr, le secteur aerospace. Ce que l’on constate aujourd’hui, c’est que l’excellence de notre engineering intéresse d’autres secteurs et qu’elle peut aider notre économie à se diversifier. L’arrivée à Toulouse de Renault, Siemens et d’autres ne doit rien au hasard et montre que nous pourrions, demain, devenir une capitale de la mobilité ou des mobilités. Cet exemple n’est qu’un exemple. Mais il montre tout l’intérêt qu’il y a à conserver et amplifier notre dynamique, et l’image qui va avec. Le succès appelle le succès. C’est pour cela que les très bons chiffres de notre économie constituent doublement une bonne nouvelle.

 

Maxime Maury : L'enquête que nous venons de réaliser montre que la reprise de l'activité est plus forte que ce que les entreprises nous avaient annoncé en début d'année, alors même que les résultats de cette étude étaient déjà bons. La croissance du crédit aux entreprises est plus forte que dans le reste de la France. Les données que nous collectons et celles qui nous parviennent de nos partenaires (création d’emplois, recettes fiscales) laissent augurer que l'Occitanie est en train de devenir l'une des toutes premières régions de croissance en France.

 

Notre région est en pointe sur les principaux indicateurs de croissance. Nous souhaitons fournir aux entreprises de notre territoire des éléments d’aide à la décision économique fiables, performants et réguliers. C’est la finalité de la convention que nous avons formalisée.

Alain Di Crescenzo, Président de la CCI Occitanie, et Maxime Maury, Président de la Banque de France Occitanie.

 

En complément

Inscription – Newsletters Voccitanie

Twitter