Menu

Voccitanie Data
Fermer le menu

Zoom sur la filière conchylicole

Sur le littoral méditerranéen, l'Occitanie produit chaque année plus de 15 000 tonnes de coquillage, dont environ 10 % de la production nationale d'huîtres. La filière compte près de 500 entreprises pour un chiffre d’affaires annuel de 75 M€ mais doit faire face à de nombreux défis pour assurer sa pérennité.

 

Avec près de 450 entreprises pour 11 000 tonnes d'huîtres et 2 000 tonnes de moules, la lagune de Thau est au cœur de la production de coquillages en Occitanie. Une filière qui rassemble 476 entreprises, dont près de 80 % sont des petites et très petites entreprises. La profession est quasi exclusivement masculine et d'un âge moyen de 49 ans pour les chefs d'entreprise. Leur expérience est atout car, malgré un chiffre d'affaires annuel de 75 M€, de nombreux enjeux attendent une filière qui cherche à se structurer.

 

Parmi ceux-ci, la dépendance des entreprises régionales vis-à-vis de la côte atlantique pour l'approvisionnement en naissains d'huîtres. Cette situation engendre en effet des problématiques en termes de résistance aux conditions de la Méditerranée et de contamination possible lors des transferts. "Une étude prospective sur la possibilité d'installer une écloserie au niveau local est en cours afin de retrouver une huître plus adaptée à notre milieu", indique Philippe Ortin, président du comité régional conchylicole. Les professionnels cherchent par ailleurs à limiter la mortalité des huîtres (40 % de pertes sur les naissains en 2016) et la prédation par les daurades, qui touche 93 % des entreprises et engendre des pertes de 10 % sur les huîtres et de 26 % sur les moules, malgré l'installation chronophage et coûteuse de filets de protection. La diminution de la biodiversité a également des conséquences sur la santé économique du secteur, au même titre que la suspension de la commercialisation en cas de taux de pollution microbiologique trop élevés.

 

Enfin, la valorisation de la production par la mise en place d'un label (56 %) ou une certification bio (39 %) est souhaitée par une large partie de la profession, qui cherche par ailleurs à se diversifier, en développant notamment des activités de dégustation sur le mas.

 

La filière, riche de ses traditions et son savoir-faire, sait innover comme le montre le système de "marées solaires" mis au point à Marseillan pour, via des treuils, des éoliennes et l'énergie photovoltaïque, reproduire le cycle des marées et, ainsi, améliorer la qualité des huîtres.

 

La filière régionale se porte bien. La production lagunaire offre un milieu riche et un produit de qualité. L'effort doit porter sur l'image de nos produits car nos huîtres de qualité supérieure sont en capacité de concurrencer celles de l'Atlantique sur les marchés nationaux et internationaux. 
Philippe Ortin, président du comité régional méditerranéen et du comité national conchylicole

À retenir :

  • 75 M€ Chiffre d'affaires annuel de la filière
  • 476 entreprises
  • 1 200 emplois permanents
  • 500 emplois saisonniers
  • 3 zones principales de production :

- la lagune de Leucate

- la lagune de Thau

- mer ouverte

  • 12 000 tonnes d’huîtres produites par an
  • 3 000 tonnes de moules produites par an

En complément

Inscription – Newsletters Voccitanie

Twitter

  • Pendant une journée, plus de 150 experts du développement économique assureront près de 700 rendez-vous individuels… https://t.co/CW50FiJ5e7 Il y a 1 jour 10 heures
  • "L’ est une région attractive et dynamique dans le domaine de l’ des cadres. Elle est la 3e région… https://t.co/NmlfBrIxUd Il y a 1 jour 10 heures